AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je suis le monstre du cauchemar de tes nuits. ✑ Cassie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Bienvenue à Baltimore

▷ messages : 32 ▷ points : 10
▷ date d'inscription : 15/05/2012
▷ avatar : Ash Stymest
▷ âge : 22 années

MessageSujet: Je suis le monstre du cauchemar de tes nuits. ✑ Cassie   Mer 16 Mai - 22:04

Il était sept heures du matin quand Shade, comme à son habitude, prenait son service. Se lever tôt, c'était réellement une plaie, surtout pour un jeune homme comme lui, qui avait toujours eu l'habitude de vivre la nuit. Depuis qu'il travaillait à l'université, il avait dû changer de rythme. Certes, cette heure si particulière lui avait posé problème ; et après avoir menacé de se faire virer à cause de ses retards, ce qui aurait porté un coup trop important à ses finances, Shade avait fini par se résigner, et par arriver à l'heure. De toute façon, il fallait bien vivre. Il avait une telle allure qu'on ne risquait pas de le remarquer, et il n'était pas du genre à se laisser faire. La soumission, très peu pour lui ; s'il voyait un jeune jeter un papier par terre, alors qu'il était lui-même en train de ramasser ce qui traînait au sol, il réagissait très mal. Oh, il n'allait pas jusqu'à frapper le récalcitrant, même si l'envie de le battre jusqu'au sang le prenait ; mais il se contentait d'un regard bien noir, d'une phrase bien sentie, assez vilaine quoique tout dans la subtilité, et il lui demandait de ramasser. Bizarrement, certains étaient assez impressionnés pour obéir. En même temps, si vous voyez un mec plein de tatouage, sentant fort le tabac et parfois la drogue, vous engueuler d'un ton assez sec, et ayant visiblement envie de vous tabasser, peut-être n'avez-vous pas envie de le provoquer plus que nécessaire. Pour Shade, ce n'était pas jouir d'un petit pouvoir personnel, qu'il aurait acquis sur les étudiants ; de toute façon, il n'a pas besoin de cela pour se sentir puissant. En dehors de son travail, il a une vie assez remplie, et où il occupe une position qui lui convient tout à fait. Il n'a donc pas besoin de faire son petit caïd ici, du moment qu'il peut faire son travail tranquillement. Ses histoires, il les oublie assez facilement. Vers neuf heures, il eut à peu près fini. Il y avait eu un rassemblement la veille, apparemment, parce que les pelouses étaient pleines d'immondices, et il avait dû tous les retirer avec patience. Il pesta, de nouveau, contre ces jeunes qui se croyaient tout permis, tout en sachant très bien qu'il était comme ça. Quand c'était lui qu'il sortait, il ne faisait pas beaucoup plus attention à ce qu'il faisait. Et il aurait ri de voir les autres ramasser ses déchets. Shade se fichait du respect. Tout ce qui lui importait, c'était d'être tranquille. Il prit sa pause, pour fumer tranquillement. Il avait réussi à diminuer sa consommation, ce qui était une bonne chose, même s'il ne s'intéressait pas réellement à sa santé. Du moment qu'il se pourrissait la vie en y prenant plaisir, tous les moyens étaient bons. Il allait juste éviter de jeter le mégot à terre, parce que c'était à lui de ramasser, et il commençait à avoir mal au dos, avec tous ces efforts. Ces moments étaient toujours particuliers, parce qu'ils étaient propices à une réflexion sur sa propre vie. Il y avait un si grand trou, comme si tout s'était évaporé tel de la fumée. Cela le rendait presque malade. Comment pouvait-on perdre aussi facilement une partie de sa vie ? Comment pouvait-on tout foirer, jusqu'à abandonner complètement des études où on réussissait parfaitement, pour finir sous-employé, à ramasser les ordures des autres parce qu'ils étaient trop flemmards ? Il ne comprenait toujours pas ce qui lui était arrivé, et pourtant, il y avait réfléchi. La seule solution réelle qu'il avait trouvé, c'était de ne pas se départir de son ancienne vie. Il avait toujours été un peu rebelle, toujours aux limites ; il avait besoin de trouver une continuité dans son passé, et c'était la seule qui pouvait constituer une potentialité convenable. Shade tira un coup, aperçut une silhouette connue. La gentille Cassie. Il n'était pas sûr de la connaître réellement ; pour lui, c'était une adolescente, même si elle avait quasiment son âge, innocente et influençable. Et il était de mauvaise humeur, avec cela, ce qui faisait que la pauvre jeune femme ne pouvait que subir son irascible caractère à cette heure. Hélas, ce fut à ce moment là que Shade lui envoya : « Hey, Cassie, viens pas ici. » Comme cela, d'un ton rude, voire autoritaire, sans même lui dire bonjour ou s'enquérir de sa santé. Shade était comme ça : peu altruiste, et habitué à ce que tout fonctionne avec les autres. N'ayant pas de réel problème de sociabilité, il n'avait jamais cherché à se montrer réellement poli. De toute façon, il ne voulait pas se montrer encourageant ou quoique ce soit, surtout avec les filles. Même s'il n'envisageait aucune relation avec Cassie - leurs caractères étaient trop différents -, il préférait être sur ses gardes et ne pas se départir de son comportement déplorable. Il expira de la fumée, attendant que la jeune femme le rejoigne, espérant qu'elle ne serait pas trop lente à répondre à son ordre-invitation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bienvenue à Baltimore
CASSIEjump and touch the sky

▷ messages : 196 ▷ points : 31
▷ date d'inscription : 13/03/2012
▷ avatar : kristenstewart
▷ âge : vingt ans
▷ métier/études : étudiante en littérature

MessageSujet: Re: Je suis le monstre du cauchemar de tes nuits. ✑ Cassie   Jeu 17 Mai - 12:28

‟ Shade Indès & Cassie Prince ”

« je suis le monstre du cauchemar de tes nuits. »



Il est environ sept heures trente du matin lorsque je sors enfin du sommeil. Allongée sur le ventre, la tête sous un oreiller, je peste légèrement contre le réveil qui sonne sans cesse. Je sors une main de sous les couvertures et celle-ci s’abat de manière violente sur cet engin de malheur qui gâche mes plus belles nuits. Parfois, je serai bien tentée de sécher quelques cours, mais je me retiens parce que je n’ai pas envie que ma moyenne baisse en ratant des choses importantes pour les examens. Je sais, certains diraient que je suis trop sérieuse, mais je m’en fiche. Je pense simplement à mes études et ils devraient en faire autant. Je soupir et roule dans le lit afin d’être sur le dos. La lumière du jour filtre légèrement au travers du volet presque fermé. Je laisse toujours une petite ouverture afin de voir la lune lorsqu’elle se présente. Et puis, d’un côté, c’est aussi lorsque je me lève la nuit. Grâce à quelques lumières, cela m’évite de me prendre les pieds dans tout et n’importe quoi. Je suis même capable de me faire un croche-pied à moi-même, c’est pour dire.

Un petit quart d’heure plus tard, je file à la salle de bain et prend une douche bien chaude et brûlante, ce qui détend mes muscles. Il ne me faut que quelques minutes pour être lavée, pas besoin d’être sous l’eau durant des heures. J’enroule une serviette autour de mon corps et me sèche rapidement les cheveux que je brosse ensuite. Je les attache rapidement en chignon et me prépare ensuite. Je retourne dans ma chambre, j’ouvre mon armoire et en sort des vêtements que je ne prends pas la peine de choisir avec soin. Tous savent à quel point la mode est le dernier de mes soucis. Sur ce point, je suis un électron libre, je m’habille comme je le souhaite et de toute façon, je suis du genre naturelle. Alors, ce jean, ce t-shirt Rolling Stones et une veste me suffisent amplement, sans oublier ma paire de converses All Star favorite. J’attrape mon sac et file à la cuisine où je petit-déjeune rapidement. En même pas quinze minutes, tout est dans mon estomac. Je file me brosser les dents, je regarde l’heure et merde, je vais être en retard. Prions pour que je ne loupe pas mon bus.

Une chance qu’il soit lui aussi en retard. Et bien évidemment, vu ma chance légendaire, lorsque j’arrive à l’université, j’apprends que mon professeur de littérature française est absent. GÉ-NI-AL ! Qu’est-ce que je vais faire durant toutes ces heures ? J’aurai pu être tranquillement dans mon lit, mais non, il faut que je sois là. Bon, plutôt que supporter toute cette agitation, je me dirige vers le parc en sortant un livre de mon sac ; Les Misérables de Victor Hugo. J’essaie de le lire en français, cela me permet une certaine amélioration, mais rien de bien glorieux. Aussi, je marche tranquillement dans le parc lorsqu’une voix m’interpelle. « Hey, Cassie, viens pas ici. » D’accord, pas besoin de réfléchir trois heures pour savoir qu’il s’agit de Shade. Je me stop net dans ma marche et me retourne lentement vers lui, sans pour autant faire un pas dans sa direction. « Shade, aux dernières nouvelles, je suis pas ton chien, d’accord ? » lui dis-je sans animosité aucune. Non mais même un chien on lui parle un peu plus correctement. Restant dans mon petit coin, livre contre ma poitrine, je le regarde. « Qu’est-ce que tu me veux, d’abord ? » demandais-je en arquant un sourcil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bienvenue à Baltimore

▷ messages : 32 ▷ points : 10
▷ date d'inscription : 15/05/2012
▷ avatar : Ash Stymest
▷ âge : 22 années

MessageSujet: Re: Je suis le monstre du cauchemar de tes nuits. ✑ Cassie   Jeu 17 Mai - 14:04

Shade trouvait que le soleil commençait à se faire un peu brûlant. En même temps, il portait des habits noirs sur sa peau, ce qui n'était pas idéal quand le temps était aussi radieux. A ce rythme, il allait cuire, mais tant pis, il n'en avait rien à faire. Cassie l'avait aperçu, avait entendu son appel. Pourtant, elle ne bougea pas, ne prit pas la peine de se déplacer. Shade se demanda pourquoi ; elle n'avait pas de raison de se montrer aussi méfiante, tout de même ? Il avouait avoir du mal à la comprendre, parfois. Quand il lui demandait de venir, il ne voyait pas pourquoi elle restait là, immobile, les bras mignonnement serrés contre son livre. « Shade, aux dernières nouvelles, je suis pas ton chien, d’accord ? » En entendant cela, Shade se mit à sourire. Il avait presque envie de rire. Ah, c'était le ton qui la dérangeait ? à vrai dire, il n'y avait même pas réfléchi. La politesse ne faisait pas vraiment partie des données qu'il considérait comme réellement importante. Bien sûr, il faisait des efforts, comme tout le monde ; et il en avait fait avec Cassie - au départ. Maintenant, il se considérait comme assez proche d'elle pour laisser ces vieilles conventions de côté, et faire preuve de ce qui lui appelait une amitié convenable. De toute façon, il ne pouvait pas lui faire croire que la politesse faisait partie de lui, n'est-ce-pas ? Il ne s'agissait que de l'habituer à ne plus entendre les bonjour et compagnie qui lui étaient si étrangers. « Pardon, répondit-il en essayant de rester sérieux, je croyais que tu ne m'entendrais pas. » Excuse pourrie, mais il le savait parfaitement. Un nouveau rond de fumée dans les airs, et il prit la peine de s'approcher. Il n'était pas comme cela, si elle n'avait pas envie de venir, alors il viendrait à elle. Il ne s'était jamais posé la question de savoir ce qu'elle pensait réellement de lui - sa personnalité, ce qu'elle savait de ses occupations. Il ne pensait pas que ça posait réellement problème, elle était ouverte d'esprit et n'avait jamais eu le moindre réflexe qui prouvait qu'elle se sentait gênée par sa manière d'être. Mais Shade, en s'avançant, songea que peut-être, le fait d'être en public lui donnait envie de ne pas aller vers lui aussi facilement. Si tel était le cas, au fond, cela lui importait peu, du moment qu'il obtenait ensuite ce qu'il voulait. Il ne s'était jamais rendu compte qu'il était un enfoiré - d'ailleurs, là-dessus, il estimait qu'il y avait bien pire que de se faire appeler sur un ton rude par un mec un peu trop fier pour agir autrement. Au moins, il n'était qu'un humain, il ne faisait que ce qui était dans sa disposition ; cela valait toujours mieux pour Cassie, qui aurait pu tomber sur pire que lui. Une note d'amusement gagna Shade ; ainsi, il n'était pas totalement indifférent à la jeune femme. Oh, c'était sans doute le cas, une amitié devait les lier ; mais amitié assez perturbée par ses dérangeantes manières de faire, et par son ego sur-dimensionné. « Qu’est-ce que tu me veux, d’abord ? » : demanda Cassie sur un ton qui laissait grandement paraître son scepticisme. Shade fit rouler sa cigarette entre ses doigts, amusé par la légère méfiance qui habitait Cassie. Elle n'était pas bête, elle avait dû sentir que Shade n'était pas toujours très net, et que ses demandes étaient parfois... osées. « Relax, Cassie, je ne vais pas te bouffer. Juste te demander un service. » Il porta de nouveau sa cigarette à ses lèvres. Elle était presque consumée, il allait bientôt devoir la jeter. Il songea qu'elle pourrait peut-être lui acheter un paquet de clopes, en plus, ce serait assez amusant de lui en taxer. Elle avait toujours plus de sous que lui, de toute façon, ce n'était pas avec son salaire qu'il allait faire des folies. Il avait perdu le contact avec sa famille ; à vrai dire, ses relations s'étaient déjà assez dégradées pendant son adolescence, à cause de toutes les bêtises qu'il commettait, mais pendant qu'il était sous le charme de la sirène, il s'était passé quelque chose suite à quoi il avait définitivement coupé les ponts. C'était une des rares choses qu'il n'avait pas noté dans son carnet ; peut-être l'avait-elle empêché. Il se demanda ce que Cassie penserait si elle lisait ses journaux. Sans doute serait-elle plus étonné par l'aisance de son style, et la qualité de son langage, que par le contenu réel de ce qu'il disait. A vrai dire, rares étaient les personnes qui savaient qu'il avait été sacrément doué à l'école, qu'il aurait pu faire de brillantes études, s'il n'avait pas tout gâché. Il n'avait jamais vraiment aimé étudié, mais cela ne voulait pas dire qu'il n'avait jamais rien fichu. Quand il avait commencé l'architecture, il avait fait des efforts, vraiment. Et même s'il avait oublié tout ce qu'il avait appris, ou presque, il restait sensible à l'esthétique des bâtiments. Sans doute surprendrait-il Cassie s'il se mettait à commenter l'architecture du campus, tant il se montrait caricatural dans sa volonté de reconstruire son identité. Non, cela valait mieux ainsi, elle ne devait pas trop en savoir - comme tous les autres. Mais de toute façon, ce n'était pas pour cela qu'il l'avait demandée ; il avait une requête à lui faire. « J'ai un problème, je pourrai pas sortir du campus à deux heures, cet aprem, et j'ai un paquet à récupérer auprès d'un pote. Tu peux pas t'en charger à ma place ? » Évidemment, il évita de dire ce que contenait réellement le paquet. Il n'était pas assez sot pour avouer à Cassie ce qu'il faisait. De toute façon, si il le lui disait, c'était sûr qu'elle allait refuser. Elle n'était ni niaise, ni naïve, mais Shade avait tendance à confondre ces défauts avec la générosité dont Cassie savait faire preuve. Il ne s'y connaissait pas vraiment, en empathie, il fallait toujours qu'à un moment ou à un autre, il essaye d'écraser les gens. En règle générale, les gens ne remarquaient même pas qu'il était immonde avec eux, et puis, il se contrôlait bien, donc ça passait. Mais avec Cassie, maintenant qu'il s'entendait bien avec elle, il ne prenait plus de gants - à ses risques et périls.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bienvenue à Baltimore
CASSIEjump and touch the sky

▷ messages : 196 ▷ points : 31
▷ date d'inscription : 13/03/2012
▷ avatar : kristenstewart
▷ âge : vingt ans
▷ métier/études : étudiante en littérature

MessageSujet: Re: Je suis le monstre du cauchemar de tes nuits. ✑ Cassie   Jeu 17 Mai - 19:36

‟ Shade Indès & Cassie Prince ”

« je suis le monstre du cauchemar de tes nuits. »



« Pardon, je croyais que tu ne m'entendrais pas. » Je hausse doucement les épaules en le regardant. Comme si j’étais sourde, comme si je n’allais pas entendre ces appels alors que nous sommes que tous les deux dans ce coin du parc. Je roule des yeux avec exaspération, parce que parfois, j’avoue qu’il m’exaspère énormément. C’est assez complexe à faire comprendre, à dire ou à entendre. Mais, il est le genre de mec à se foutre de toi. Et lorsqu’il s’en fiche, il le fait royalement. Il calmerait n’importe qui avec ces remarques cinglantes et avec son ton parfois cassant. Mais moi, je m’en fiche. Alors, je ne m’offusque pas outre mesure, je le connais assez pour savoir comment il est et sa manière d’être. De toute façon, il m’arrive aussi d’être parfois désagréable, cela arrive à tout le monde, c’est dans la nature humaine. Celle-ci est parfois stupide, elle est même très dérangeante, mais nous vivons tous avec nos qualités et nos défauts. Certains en ont plus que d’autres, d’ailleurs.

Aussi, je ne me prends pas la tête durant des heures et lui demande ce qu’il me veut, bouquin contre ma poitrine. Une chance que je sois disponible durant deux heures ce matin, sinon, je serai déjà en cours depuis bien longtemps. Mais présentement, je sais que je ne vais faire que lire mon bouquin en évitant un maximum de me mêler à la population étudiante de cette université. Non pas que je sois une très grande solitaire – bien que cela m’arrive parfois -, mais certains d’entre eux sont agaçant et j’en évite le plus possible. « Relax, Cassie, je ne vais pas te bouffer. Juste te demander un service. » Un service, bien, il fallait s’y attendre. Je crois que Shade m’a habitué à beaucoup de services, en fait. Cela ne m’étonne même plus, mais j’arque un sourcil en me demandant la nature de ce service. Avec lui, je m’attends à tout, vraiment.

Aussi, j’attends sagement qu’il me le dise, je ne suis pas pressée, j’ai tout le temps. De toute façon, mon regard exprime bien le fait que j’attends des explications supplémentaires. Sans cela, ce service, je ne pourrais jamais le lui rendre. Mais, il faudrait aussi qu’il sache un jour que je ne suis pas à son entière disposition. Parfois, il me semble qu’il oublie certains détails d’une amitié, elle ne va pas que dans un seul sens. Souvent, je donne l’impression de n’être que la seule concernée. « J'ai un problème, je pourrai pas sortir du campus à deux heures, cet aprem, et j'ai un paquet à récupérer auprès d'un pote. Tu peux pas t'en charger à ma place ? » Je réfléchis rapidement, il ne me faut pas trois heures pour le faire. Je me fais mon emploi du temps mentalement, et malheureusement pour lui, ça ne colle pas avec les heures de mes différents cours.

« Je ne peux pas, Shade. J’ai cours à cette heure-là... oui, n’oublie pas que je suis une étudiante. » dis-je néanmoins avec un sourire. Certes, présentement, je n’en donne pas l’impression, mais c’est bien malgré moi. « Donc, je suis désolée, mais ça va vraiment pas être possible. » ajoutais-je en haussant doucement les épaules. Je ne peux pas faire autrement, et je ne peux pas me permettre de ne pas me rendre à mes cours que j’estime être important. Je ne veux pas prendre le risque que foire parce que j’aurais raté une chose importante, en sachant que les autres ne sont pas forcément d’une grande aide pour prêter leurs cours, m’enfin !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Bienvenue à Baltimore

▷ messages : 32 ▷ points : 10
▷ date d'inscription : 15/05/2012
▷ avatar : Ash Stymest
▷ âge : 22 années

MessageSujet: Re: Je suis le monstre du cauchemar de tes nuits. ✑ Cassie   Ven 18 Mai - 17:20

La vie était une course dans laquelle il était impossible de s'arrêter sans mourir. Un matin, on se levait, et on décidait que l'on allait gagner. Alors on calculait, on prenait ses précautions, jusqu'à ce que vienne le moment du sprint final. Pour Shade, ce moment était déjà venu. Il brûlait la chandelle par les deux bouts, regardant avec amusement et mépris sa vie se consumer délicatement. Cette vie qui s'envolait en volutes de fumée depuis sa clope, Shade la regardait partir sans regret. Il ne recherchait pas la mort, mais il ne voulait pas pour autant exister à jamais. Que cette vie se termine un jour, voilà tout ce qui importait. Maintenant, aujourd'hui, demain, dans cent ans... l'essentiel, c'était de bien vivre, et il savait que c'était déjà foutu pour lui. Cassie lui rendrait service en refusant de s'exécuter, mais cela, il refusait de l'avouer. Perdre une dose, c'était un bon moyen de s'éloigner de quelques centimètres de ses vices. Pourtant, il ne voyait pas cela comme une chance, mais presque comme un désastre. Quand il avait un caprice, il aimait le satisfaire - que ce fût par son œuvre, ou celle d'un autre, peu importe. Mais le refus lui parut assez... douloureux. « Je ne peux pas, Shade. J’ai cours à cette heure-là... » Ce fut au tour du jeune homme de froncer les sourcils, le poing droit subitement crispé, ongles enfoncés dans la paume, pour ne pas faire de mouvement inconsidéré. Il n'avait pas du tout pensé à la frapper, contrairement à ce que son attitude pouvait laisser croire ; s'il l'avait laissé partir, son poing aurait cogné contre sa tête à lui. Il ne savait pas pourquoi le refus lui faisait aussi mal, comme s'il s'agissait d'une réminiscence d'un souvenir dont il ne se rappelait plus, mais que sa chair, elle, n'avait pas oublié. Il s'était souvent demandé à quel degré de détestation de lui-même il était arrivé, lorsqu'il était sous le pouvoir de sa sirène. Il n'était pas impossible que ce degré fut assez élevé pour s'aliéner à elle, mais pas assez pour provoquer son suicide. Mais la réponse de Cassie le replongeait clairement dans un passé trouble. La suite ne put que lui faire plus mal, enfoncer le clou un peu plus. « Oui, n’oublie pas que je suis une étudiante. » Oui, toi, tu es une étudiante, Cassie. Pas Shade, c'est vrai, il a tellement foiré sa vie qu'il en est réduit à faire l'homme de main. Elle ne pouvait pas savoir, bien sûr. Sans doute ne pensait-elle pas du tout à mal en disant cela : elle voulut juste lui rappeler que son statut impliquait des obligations différentes des siennes, rien de plus... Sauf que voilà, même si cela n'était pas de sa faute, elle venait de raviver une des blessures les plus vives de Shade. Son manque d'avenir ne lui posait pas toujours problème, mais quand il pensait à son ancienne confortable vie d'étudiant, alors ouais, il en devenait malade... Il aurait pu vivre aisément, continuer à faire les quatre cent coups et aller aux fêtes en même temps, mais non ; on lui avait volé ses plus belles années, et avec elles, le reste de sa vie. On ne pouvait pas dire que son existence actuelle lui appartenait en propre. Quand on la lui avait rendu, il se l'était appropriée de nouveau, mais elle n'était plus la même qu'avant. Son cadre de vie avait changé ; son corps même n'était plus le même, soumis à un autre, et parfois, Shade avait l'impression que son enveloppe corporelle elle-même n'était rien qu'une location que son esprit embrumé payait cher. La liberté n'avait plus de saveur, parce que Shade sentait indirectement les chaînes du passé qui brûlaient encore sa peau. Là, face à Cassie qui lui disait non, il avait envie de hurler. Et pas uniquement parce qu'on refusait de céder à son petit désir personnel - bien sûr que cela l'énervait, cela l'avait toujours énervé et cela l'énerverait encore -, mais il avait si peu prise sur cette allégorie du destin, cette jeune femme intelligente et soignée qui allait réussir là où il allait échouer, lui qui avait un si grand ego, que cela lui devenait insupportable. « Donc, je suis désolée, mais ça va vraiment pas être possible. » Shade ne répondit rien sur le coup, préférant se mordre les lèvres pour retenir les flots de paroles qui lui montaient aux lèvres. Il avait toujours apprécié Cassie, mais en cet instant précis, il la méprisait. Il la méprisait de n'être pas comme il le pensait, de s'en sortir encore admirablement sans lui donner ce qu'il voulait - il la méprisait d'être plus parfaite que lui. « Ah, tu ne peux pas... » Shade avait sorti ça sur un ton très froid, presque menaçant. Son visage, qui s'était assombri, offrait une image de lui assez peu glorieuse. C'était une bête sauvage, prête à bondir, dégoûtée et honteuse de se sentir ainsi domptée. Shade n'était pas un saint ; la violence faisait partie de son univers. Heureusement, il avait encore assez de respect pour ne jamais songer à s'en prendre à une fille - la pensée ne lui traversait même pas la tête, à vrai dire. Face à Cassie, il n'envisageait rien de plus que de se montrer violent avec les mots ; mais de toute façon, c'était déjà assez dévastateur. « C'est vrai, mademoiselle est étudiante, elle est trop bien pour faire mes commissions à ma place. » C'était foutrement injuste de dire cela, il le savait, et sur le coup, pris dans sa colère, il en avait peu à faire. Shade s'approcha d'elle, se collant presque à la jeune femme, ses yeux sombres et son visage fermé penché sur elle. Il exhalait tant de menace que certaines personnes se mirent à regarder la scène avec intérêt. Shade n'en avait rien à faire. De toute façon, il était aveuglé, comment aurait-il pu voir à quel point il était injuste ? A quel point il était redevenu lui-même en cet instant ? Cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas senti ainsi. Qu'il ne laissait pas s'exprimer sa nature de dominant arrogant et égoïste. Bridée par ces mois effacées, se cherchant avec difficulté, il était parvenu, en cet instant, à un équilibre identitaire inédit. Comme quoi, Cassie était une véritable amie. « Bien sûr, si tu le prends comme ça, je resterai à ramasser la merde des autres, pendant que tu iras t'instruire et compléter ta merveilleuse culture générale. C'est bien à cela que ça sert des études, pas vrai ? à se rendre plus intello. Alors vas-y, ma petite, je ne t'en empêche pas. » Mais sa voix dure et son attitude semblaient plutôt dire le contraire. Espérait-il encore la faire changer d'avis ? Pas vraiment. Tout ce qu'il attendait, c'était un signe, mais un signe qui ne pouvait pas venir, parce qu'elle ne pouvait pas savoir ce qu'il voulait réellement, au fond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bienvenue à Baltimore
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Je suis le monstre du cauchemar de tes nuits. ✑ Cassie   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je suis le monstre du cauchemar de tes nuits. ✑ Cassie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Draft M11: Je suis mauvais mais j'me soigne...
» Je suis nouveau ou non, que dois-je faire pour mes droits?
» Protestation car je suis bète et je comprend rien
» [D&D4] La Campagne Parangonique par Fredraider
» J'suis un noob [Accepté]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In the dark  :: towson state university :: welcome to towson :: parc-
Sauter vers: